Travail de recherche sur l’impact des fibres alimentaires dans la prévention et le traitement des pathologies digestives.

Extrait du travail de recherche:

Les fibres sont des glucides qui ne sont ni digérées ni absorbées par notre organisme, celles-ci étant résistantes à l’action de nos enzymes digestives.

Il existe deux formes de fibres alimentaires : les fibres solubles et les fibres insolubles. Les fibres solubles se présentent sous la forme de pectines, gommes, mucilages, bêta-glucanes, algues, inuline ou encore hémicellulose. Les fibres insolubles, elles, sont présentes sous forme d’hémicellulose, de cellulose, de lignine ou encore d’amidon rétrogradé.

La consommation de fibres alimentaires est essentielle afin de prévenir des pathologies digestives tel que le cancer du côlon, la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique ou encore le syndrome du côlon irritable. Cependant parfois celle-ci peut avoir des effets catalyseurs.

Ici, notre analyse portera sur deux aspects représentatifs des fibres alimentaires : d’abord nous nous intéresserons à l’utilisation de ces fibres dans un but préventif puis dans un deuxième temps, nous aborderons l’impact de ces dernières sur l’organisme d’individus atteints de pathologies digestives.

En définitive nous pouvons conclure qu’en phase de prévention une prise de fibres alimentaires est essentielle, bien qu’il ne faille pas négliger qu’une ingestion trop importante de celles-ci peut entraîner des effets non désirables tel que des flatulences, des ballonnements ou encore des diarrhées.

D’autre part, en ce qui concerne les personnes atteintes de pathologies digestives tel que la maladie de Crohn ou encore la rectocolite hémorragique, les fibres doivent être fortement limitées voire dans certains cas être supprimées du régime alimentaire du fait de leur effet irritant sur les parois intestinales ainsi que la propriété même des fibres insolubles qui accélèrent le transit et donc compliquent les symptômes (notamment les diarrhées chroniques) chez les patients atteints de MICI. Ainsi le recours à un(e) diététicien(ne)-nutritionniste est essentiel.

En revanche certaines études prônent un intérêt certain des fibres alimentaires en phase de traitement.

Les MICI sont dues à un déséquilibre du microbiote intestinal (dysbiose) et il est admis que pour permettre un bon équilibre de la flore une consommation de fibres alimentaire est essentiel ; c’est pourquoi un apport de fibres est tout de même important afin de rétablir une stabilité de la flore intestinale et un renouvellement des bactéries coliques.

Vous trouverez ci-joint le travail de recherche en entier

TR-les-fibres-alimentaires

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s